dimanche 29 octobre 2017

Nanna et Les Arcanes de la Saponification à Froid: Opus 2: "L'Alambiquette" réalise son Grand-Oeuvre


Après avoir expliqué mon cheminement vers la compréhension des principes de la saponification ici, voici la suite de mes«tri-bulles-ations» savonnesques et de mon passage de la théorie à la pratique. Comme je le précisais dans ma première partie , on est pas experte en réussissant une fois ou deux quelque chose dans sa vie; cet article non plus n'a pas la vocation d'être un tutoriel!Il fera juste office de petit compte rendu sans prétention de ce grand moment de sorcellerie.
Note: Comme ces savons étaient prévus pour les fêtes de fin d'année, je m'y suis prise en deux fois pour pouvoir en offrir à tout le monde. je fais une synthèse des deux "fournées"

I: Mon choix: La Saponification à Froid

Comme on m'a posé pas mal de questions à ce propos, et vu que les termes peuvent prêter à confusion , voici un retour explicatif sur la méthode que j'ai choisi : Il s'agit bien de la Saponification à Froid, ou SaF pour les intimes.

On l'appelle ainsi parce que même s'il y a une réaction exothermique entre la soude et le liquide de dilution (ça chauffe super fort) la "pâte à savon" n'est soumise à aucun processus de chauffe comme  pour la saponification à chaud "au chaudron",où la pâte est pour ainsi dire  cuite au bain-marie.
N
i mise en présence d'une source de chaleur extérieure Comme on le fait dans le cas particulier du "safour" où, comme son nom l'indique, le savon est mis au four (à feu doux) pour accélérer le temps de séchage et donc de cure.

J'ai choisi cette méthode, a priori la plus populaire ( en tout cas en France, il semblerait que ce soit différent Outre Atlantique) parce que  c'est celle qui me paraissait la plus simple, celle qui permettait les plus beaux résultats et surtout, plus douce pour la peau.Même s'il faut attendre plus longtemps avant de s'en servir

II"Note à benêt"concernant l'hygiène et la sécurité

 en fabrication de cosmétiques maison en général et en savonnerie en particulier

A tort, je ne m'attarde jamais assez là dessus sur ce blogue , mais quand on fait des cosmétiques, il y a dans tous les cas, des règles évidentes d'hygiène et de sécurité à respecter. En effet, on manipule des produits parfois "dangereux".  De plus, ça permet  d'avoir un produit  plus sûre qui se conservera dans des conditions optimales.

🍃Les bonnes conduites de base en matière d’hygiène

Ça semble être une question de bon sens, et pourtant on pourrait avoir tendance à l'oublier dans le feu de l'action; mais il faut suivre des règles d'hygiène de base afin d'éviter la contamination bactérienne des produits confectionnés, sous peine de se retrouver avec des cultures dans les mixtures (oui ça m'est arrivé une fois).

On fait donc ça correctement et on a les mains propres(clairement on va pas ramasser les cacas des chats et préparer des produits lavants juste derrière sans se laver les mains.)Et mettre des gants c'est mieux( bien que pas pratique quand on a des petites mains comme moi)

Ensuite on nettoie TOUT son matériel et sa surface de travail; avant de tout désinfecter.Oui on fait les deux sinon ça sert pas à grand chose.On peut le faire par ébullition pour les matières résistant aux fortes chaleurs ,soit avec de l'alcool pour ce qui est plus fragile.
Pendant que j'y pense, on débarasse sa table de tout ce qui ne sera pas utilisé. On éloigne les denrées alimentaires,et on évite de faire ça à coté de la baguette de pain comme cette fille vraiment pas scrupuleuse .
J'avoue que je suis pas fière de moi sur ce coup là.

Autre petit détail, auquel je ne pense pas toujours, à tort: il est préférable de protéger sa zone de
travail, avec des journaux, des vieux chiffons...parce que c'est pas ce qu'il y a de plus drôle de décoller par exemple de la cire de la cuisinière (ouioui ça sent le vécu).
Et aussi pour ménager les susceptibilités: Le démon constricteur a très mal pris le fait que je tache sa p***** de petite table moche Ikea pour la deuxième fois (la première c’était lors de notre crémaillère pendant que je cuisait des nems à sa demande avec ma maman pendant qu'il faisait le beau devant nos convives



🍃De la prudence et de la sécurité

On ne le répète jamais assez:qui dit naturel ne veut pas dire pour autant inoffensif!Même pour d'autres sorcelleries plus simples on peut être amené à utiliser des substances irritantes comme les tensio actifs et/ou pulvérulentes (en poudre, qui irrite les voies respiratoires comme le Sidr)
Et ça se vérifie encore plus en savonnerie! Parce que là on manipule de la soude (parfois de la potasse),quand même, et la soude,c'est corrosif et quand on dit que ça brûle ce n'est pas une blague pour faire peur aux néophytes. Ça brûle pour de vrai, ça bouffe et désagrège les trucs dégueux coincés dans les canalisations, et on peut finir comme ça si on ne fait pas attention,(prépares toi a vomir ton goûter parce qu c'est violent, t'es prévenu(e)).
 Pour exemple, à un moment donné, j'ai eu quelques perles de soude qui se sont glissées
 dans ma manche (pourtant élastiquée) et ça m'a fait comme si j'avais mis le bras dans les orties.


Donc pour le coup, tu mets ta fierté de coté et tu t’équipes.
Et tu te consoles en te disant que si tu te couvres de ridicule, c'est pour ton bien.




"I'm too sexy for my caaaat!"





Comme ça, à peu près
-1 tu couvres ton corps et ta peau. Moi j'ai pris une blouse jetable sur mes fringues mais j'aurais été mieux dans une blouse en coton, même si j'avais encore le tablier par dessus.
-2 Tu attaches tes cheveux et les couvres aussi parce que ça peut gicler et que t'as pas envie d'être chauve de cette façon. (j'ai pris une charlotte
-3 pour les mêmes raisons tu mets 
des lunettes de protection
-4 
et un masque  même si les retours de souffle sont désagréables, mais pas un comme ça, à cartouches
-5 Tu ne travailles pas sans gants! sur la photo, j'avais fini donc je ne porte  que ceux en nitrile, mais quand j'ai manipulé ma soude et fait mes mélanges, j'avais en plus desgants en caoutchouc.
-6  forcément on ne  travaille pas pieds nus, ni en chaussettes. Mes Docs devaient faire l'affaire
.























Et comme on aime nos Petits Fripons plus que tout (ou tout autre bête avec ou sans poil hein), on leur bloque l'accès à la pièce pour éviter une catastrophe. Et on ne cède pas aux couinements insistants et horripilants . 
Pour leur bien aussi.



Mais regardez le prendre ses airs de Chat-Potté malheureux pour nous attendrir!












Enfin, il faut choisir ses  ustensiles. Ils doivent  pouvoir résister à la causticité de la soude et à la chaleur. On évite les matériaux organiques comme le bois,  et le métal, sauf  inox. Pour ma part j'ai privilégié le verre et le silicone (sauf pour mes moules dragon)  et de la grosse porcelaine.

Voilà. Maintenant qu'on a  bien préparé sa recette ses produits et son matériel,  et sa tenue on se détend,on va faire pipi, respire un grand coup. 
Et Allez Hop on y va!

III Nanna se jette à l'eau

Ouh lala! Inutile de dire que j'étais aussi impatiente de créer cette nouvelle sorcellerie que tendue à l'idée de tout rater!

🍃Préparation de la lessive de soude

Comme expliqué dans mon précédent article, j'ai décidé de faire ma lessive  toute seule comme une grande, bien qu'on en trouve de la "toute prête" dans les magasins de bricolage.
La mienne est comme ça:


Fait curieux, ça me fait des plus grosses billes que celle du Collègue de Maman

Je n'ai pas de photos parce que j’étais très concentrée à être prudente: d'abord j'ai ouvert en grand la fenêtre d'a coté parce qu'il faut travailler dans un lieu aéré puisque les émanations de la soude sont toxiques.Qu'on évite de les renifler d'ailleurs. De toutes façons , ça pue.
D'autres part on suit scrupuleusement les dosage donnés sur les calculateurs (ou calculés manuellement quand on a la bosse des maths).

j'ai mis mes lunettes, mon masque et mes deux paires de gants, et préparé ma lessive.
En tout cas , quand on dit que la température monte, c'est pas des mensonges! Moi, je suis allée au delà de 80°!
C'etait impressionnant! Par chance je ne me suis rien renversé dessus. Ni ailleurs.

Du coup ça a tellement chauffé que j'ai dû attendre bien longtemps avant que ça ne refroidisse.Alors j'ai fait autre chose:


🍃La préparation des corps gras: 

Rien d'exceptionnel ici: c'est comme toutes les mixtures que j'ai pu préparer contenant une "phase huileuse" on fait tout mijoter au bain marie pour bien liquéfier les beurres et les mélanger aux huiles (liquides).

Encore une fois on fait très attention de ne pas dans se tromper dans les doses et si ça arrive on recalcule sans paniquer (oui lors de la deuxième tournée, c'est ce qui est arrivé) 

Comme toutes mes phases huileuses, ça a cet aspect pas bien joli; 
par contre le mélange prend une odeur bien agréable!





Et comme je me suis retrouvée avec deux préparations chaudes, il a encore fallu attendre....




🍃Et quand la magie opéra...



Quand j'en ai eu marre d'attendre mes deux préparations sont redescendues à température ambiante (selon les conseils de Martin), vint le moment crucial de la saponification....

J'ai donc sorti un gros bocal stable et profond pour éviter les projections et  ma baguette magique, LE mixer plongeant pas cher acheté exprès pour ce grand jour 3 ans auparavant, j'ai espéré très fort de ne pas échouer si près du but et...




Mais oui, la voilà ma "trace", ce moment décisif  où la soude réagit avec les huiles pour obtenir une pâte opaque et plus ou moins épaisse !Moi qui avait tellement peur que ça ne prenne pas, me voilà servie! c'est beau! 
Je ne  sais pas pourquoi, mais je croyais qu'il était plus sûre d'avoir une trace franche, alors j'ai un peu forcé, 
jusque à avoir une belle pâte à gâteau... Qui ne se mange pas même si elle est appétissante! (en même temps je me demande qui pourrait avoir une idée pareille)




Ensuite est venu le moment d'incorporer ma fragrance "neige fraîche" aux  effluves de vanille et de menthe, dosée en fonction du poids total des huiles et selon le pourcentage recommandé sur sa fiche technique.

Comme le fournisseur ne l'a pas précisé, je ne savais pas si elle accélérerait la trace ou si elle modifierait la couleur de mes savons...(comme ça arrive parfois) 
Alors j'ai fait au plus vite.




Et c'est peu après que j'ai compris que j'avais peut être trop insisté avec le mixer:je ne sais pas si c’était bien dû à l'ajout de fragrance parce que quand je l'ai mélangé au reste je n'ai rien vu de remarquable.

Par contre quand j'en suis venue à couler ma pâte dans mes moules, elle s'est très vite épaissie, voire durcie: si pour les premiers ça allait encore, j'ai terminé avec une consistance mayonnaise qu'il a fallu finir à la truelle, enfin, la spatule. La qualité de l'image ici n'est pas terrible mais on le voit un peu:


Et puis comme il faut les laisser sécher et durcir au moins 48h avant de les démouler, j'ai couvert mes bébés de film plastique avant de les coucher sous une grande pièce de tissus épais, au calme dans le cellier.




et puis j'ai encore attendu...




IV l'Heure du Verdict


Comme convenu, j'ai patienté un peu plus de deux jours (en allant les voir régulièrement, des fois que le temps s’accélère) pour démouler , et ...

Les traces sur celui de gauche en bas sont des résidus de karité


Alors certes, ils ne sont pas parfaits mais pour une première, j'en suis très fière! Le rendu est beau, plutôt fin: on dirait des bas reliefs d’église!
En plus, j'ai eu une belle surprise qui n'est pas mise en valeur par la lumière de la lampe, ils sont bien plus clairs que je l'avais prévu: comme ils contenaient beaucoup d'huile d'olive, je m'attendais à des savons très jaunes et assez foncés, mais finalement non...

Je suis particulièrement satisfaite des savons coulés dans les moules en silicone; des dragons, semi rigides un peu moins: Je savais bien que je rencontrerais des difficultés pour les démouler mais je tenais vraiment à les utiliser








Les dommages étaient moindres pour le savon "Whiskas", coulé dans une boite de bonbons des chats, si on considère que j'ai pu me permettre de la mettre en pièces (et me couper sur le plastique par la même occasion.)..




Pour Les  dragons j'ai du attendre encore plus et j'ai essayé pas mal de choses: les passer au congélateur les secouer comme des pruniers mais non;les décoller à l'aide d'une lame fine,ça les abîmait encore plus...

En fait c’était comme une affreuse constipation: tu sens que ça voudrait bien venir mais ça coince. (amis de la poésie du soir,  bonsoir)
Et je pense que ça venait en partie de ma trace trop épaisse pour que ma pâte épouse correctement les parois sans trop adhérer non plus, parce que:


(Et ce n'est pas la photo qui serait de mauvaise qualité)

1 après m'être acharnée dessus, 
 la surface des dragons est restée collée au fond du moule.

2 à force de le secouer dans tous les sens, quand enfin j'ai pu extraire le dernier, il a atterri, je vous le donne en 1000, direct dans la bassine d'eau à coté.  J’étais pas contente et il est devenu  encore plus moche, et ça m'a(encore plus) énervée
...
Voilà voilà...




Après,  pour ma deuxième tournée ,(parce que je me suis obstinée à les utiliser quand même)j'ai  bien veillé à ne pas forcer avec le mixer pour rester sur une trace plus fluide (un peu plus proche de la pâte à crêpes).

Mais  j'ai  aussi j'ai testé et approuvé une astuce proposée sur un groupe, qui consiste à retourner le moule et le passer sous un petit filet d'eau (très chaude) pour faire sortir le savon rebelle. Et effectivement , ça s'est bien mieux passé! (forcément quand on retient aussi sa chute, ça aide!)

Et comme on peut le voir sur la photo,malgré les petits "pokes" du dessus, le résultat est autrement plus concluant: on voit plus de détails, comme les écailles ou les naseaux:





Et comme dans toute cette aventure j'ai passé 80%  de mon temps à attendre, j'ai encore impatienté deux mois avant de savoir ce qu'ils valaient à l'utilisation.

J'ai fait comme on m'a dit le fameux test de causticité avec la langue sur le savon: si ça fait comme un coup de jus (comme avec les piles, là) c'est fichu. Oui ça parait dégoûtant  mais tout le monde le fait.
Mes savons ont passé le test  haut la main. Pas moi: Personne n'a eu la bienveillance de me dire que c'est effectivement parfaitement dégueulasse: j'ai passé un petit moment a cracher et  me rincer la bouche, c'est vraiment immonde.

A l'utilisation,l'odeur est discrète et ne reste pas sur la peau; mais comme du vanille-menthe initial ils ont évolué vers l'amande (que j'apprécie moyennement), ce n'est  pas si gênant.

J'ai été en revanche très surprise par leur « texture »: s'ils ne sont pas trop mous au point se transformer sur la fin en entités morvesques type Alep ; ils n'ont pas une durée de vie bien longue, mais ils semblent « souples » au toucher, presque élastiques et c'est très curieux...
En tout cas le résultat est dans sa globalité très satisfaisant!






V  Les mots de la fin





Je suis tellement contente d'avoir enfin pu réaliser un de mes rêves ! Même si ça pourrait être simplet aux yeux de certains... Après tout le bonheur n'est -il pas constitué de petit plaisir? Mais la satisfaction  est d'autant plus grande que l’expérience est une réussite, ni sans aucun dommage collatéral à déclarer...
Je ferai une offrande à la Déesse des Petites Victoires pour la remercier.
A propos de remerciements j'en profite pour  passer en mode "Michel Drucker":





Je remercie pour commencer certaines personnes parmi ma famille et mes amis, en particulier Ma Maman , ma première suportrice  ainsi que mes deux cousines Léa et Murielle qui entretiennent ma "cosmétite" à grand renforts de cadeaux aussi utiles que beaux et de commandes fort sympathiques.
Et puis un schmoutz  Spécial à Rémi , toujours présent pour me soutenir  quoi qu'il arrive et pour jouer les Cobayes de bon cœur.


Son "Castille",100% olive (?)

Merci aussi à "Cyrille" le gentil collègue de Maman Ogg que je ne connais pas personnellement, mais qui m'a encouragé par messages interposés avec elle et  m'a offert gracieusement un morceau d'un de ses propres safs et ma première quantité de soude.Et qui a au passage, un"safon" qui l'attend sagement chez nous.










Merci à mes copains de Fesse-book dont Martin, pour ses conversations aussi longues que passionnantes et ses conseils avisés. Sans toi je n'aurais peut être encore pas sauté le pas en ce jour!
Elle ne s'en rend pas encore compte, mais merci aussi à 
Silù et ses savons inspirants, comme tout ce qu'elle entreprend :Tes adorables « Biwils » et autres Castille ont eux aussi contribué à me donner envie d'en faire à mon tour...avec un gros coup de cœur  pour « L'Idole maudite du Cap Lovecraft »

Un Coucou à tous ceux et celles, plus ou moins proches, qui suivent de près ou de loin mes aventures rocambolesques d'Apprentie Sorcières pour le meilleur comme pour le pire - parfois le rire -, et qui de temps en temps cèdent au pouvoir irrésistible de mes photos d'illustrations « putaclique » avec Baldur et Snowy, et mettent  un petit "j'aime bleu"ou un gentil commentaire; ça fait toujours plaisir!

Et puis il y a les personnes des groupes dédiés et les savonnières blogueuses, de métier ou amatrices qui ne le savent pas et grâce à qui j'ai tant appris.
Voici une  note bibliographique issue de mes cyber-compulsations. Elle rassemble mes références principales,celles qui m'ont le plus servi.  Note: Elle n'est pas exhaustive: je ne mentionne que mes références principales (j'en ai certainement  omis d'autres pourtant dignes d’intérêt également)


J'ai savonné deux fois au total, exactement avec la même recette  et pour la même occasion.  c'est très peu! Et malgré  tout, je ne peux que confirmer un fait : oui les savonnières ont  raison:
c'est vraiment une activité addictive!
Je regrette vraiment de ne pas avoir eu l'occasion, et la volonté de m'y remettre....
Mais maintenant que j'ai percé le mystère de la Saponification  froid (et que je suis plus confiante vis a vis de moi)  je compte bien recommencer.... et m'améliorer .
..







1 commentaire:

  1. Pauv Baldur ! Mais j'ai adoré le Tadaa... Par contre pour la phase I j'aimerais comprendre le début de la phrase : "Comme on le fait dans où dans cas particulier du "safour" ou le savon est chauffé au four pour accélérer le temps de séchage et donc de cure."

    RépondreSupprimer